4434
Stéphanie Magalage
Un voyage en Al-Andalus
5 juin 2017

Orient. Lorsque l’on pense à l’Orient, certaines images nous parviennent instantanément : les couleurs, chaudes, les saveurs, épicées, les motifs, fins, courbés, élégants et si différents, des notes de musique, issues d’instruments que l’on ne sait nommer, des langues, aux sonorités fascinantes, des pas de danse, aux mouvements envoûtants, des atmosphères, des ambiances, des parfums, de la poésie, une autre philosophie… L’Orient nous semble être un monde lointain, à plusieurs milliers de kilomètres, une autre partie du monde.

Cependant, à quel point sommes-nous conscients que Orient & Occident n’ont fait qu’un sur une certaine partie du territoire européen il y a de cela à peine quelques siècles ?
Pendant près de 800 ans, la civilisation arabe a été maîtresse d’une majeure partie de la péninsule ibérique, avec l’apogée de son rayonnement durant le règne du califat de Cordoue : lorsque juifs, musulmans et chrétiens cohabitaient en harmonie et que le monde prospérait grâce à une interculturalité sans égale. Bienvenue en Al-Andalus.

Les Arabes devinrent maîtres de la majeure partie de la péninsule ibérique dés le début du 8ème siècle, en conquérant la quasi-totalité des territoires aujourd’hui espagnols et portugais, à l’exception de quelques zones montagneuses au Nord, donnant ainsi naissance à Al-Andalus, qui allait constituer pendant des siècles durant le plus éblouissant foyer de culture au sein de l’Europe médiévale, attirant un grand nombre de savants et permettant l’ouverture de l’Occident aux grands trésors d’Orient.

Al-Andalus connut diverses périodes au cours de son histoire, à partir de 711 lorsque les Arabes conquirent la terre des Wisigoths (peuple germanique) jusqu’en 1492, lorsque le dernier bastion arabe tomba aux mains des rois chrétiens des royaumes (anciennement) de Castille et d’Aragon. Au cours de son histoire arabo-musulmane, la péninsule connut également différentes dynasties qui se succédèrent au pouvoir, apportant chacune une dimension de leur culture orientale. Les fameux azulejos à Lisbonne, les superbes patios à Cadiz, les jardins aux fontaines centrales aux doux parfums d’orangers et d’oliviers : voici quelques détails connus de tous, qui nous ramènent déjà au fabuleux héritage arabe, mais ils ne représentent qu’une partie infime des trésors arabes en réalité bien plus vastes.

Dès le 8ème siècle, les Omeyyades avaient déjà commencé à insuffler la culture arabe sur les terres ibériques, à travers la construction de magnifiques palais, jardins et mosquées ainsi que l’édification d’universités et de bains publics. Néanmoins, la période la plus prospère de cette ère arabo-musulmane survient au 10ème siècle, dès lors que l’émir Abd ar-Rahman III s’attribue le titre de calife et inaugure le califat de Cordoue, s’émancipant ainsi de Bagdad, dont le califat régnait alors sur le monde musulman.

Dès lors, Al-Andalus connaît l’apogée de son rayonnement, grâce à une ouverture sur le monde sans égale et sa capitale, Cordoue, devenant la plus grande et la plus éblouissante cité d’Europe occidentale.

Abd ar-Rahman III permet à Al-Andalus et ses habitants de grandir et de s’épanouir grâce à l’encouragement de la recherche dans différents domaines tels que la science et la technologie, l’importance accordée à la philosophie et la poésie, la liberté de culte permettant aux juifs, chrétiens et musulmans de cohabiter en paix, ainsi que l’ouverture aux connaissances du monde entier.

La cour fait venir des livres de contrées lointaines afin de les faire traduire, dans le but d’accéder à d’autres philosophies et savoirs ancestraux. Les découvertes en chimie permettent de travailler le verre, de raffiner les pierres précieuses et de colorer les textiles. L’importation d’herbes comme la coriandre, le jasmin, la menthe, et d’épices comme le safran et la cannelle parfument les cuisines d’Al-Andalus, qui ramènent ainsi ses saveurs issus de l’Afrique du nord ainsi que de certaines régions du Moyen Orient et de voisins asiatiques. Les avancées en ingénierie donnent lieu à des technologies hydrauliques permettant d’irriguer des territoires arides, permettant ainsi un essor agricole fulgurant grâce aux différents cultures de produits tels que le riz, les amandes, les citrons, ou même le coton qui donnera naissance à une industrie textile particulièrement riche. La curiosité autour de l’astronomie permettra aux portugais quelques siècles plus tard d’aller explorer le monde grâce à des objets permettant de se repérer grâce aux étoiles. Les mathématiques, la géographie, la physique, la médecine et la chirurgie : tout autant de sciences qui ont connu des avancées considérables en Al-Andalus.

Ces progrès sont notamment dû à l’extraordinaire ouverture vis à vis de connaissances d’autres civilisations ainsi que la collaboration entre les juifs, les chrétiens et les musulmans pour traduire des textes en hébreu, latin ou arabe dans le but de mettre en pratique différents soins.

Les arts qui prospéraient en Al-Andalus ne laissaient guère indifférent tout visiteur, en voyage à Cordoue, Seville ou Grenade : la musique, à travers des instruments inédits, envoûtait les audiences avec une dimension de volupté unique ; l’architecture issue de l’art islamique, couvrant les façades de palais et épousant les rebords des murs sculptés, laissait bouche bée par sa finesse, sa grandeur et sa spiritualité ; l’artisanat, grâce aux tissus, à la poterie peinte et vernie, ainsi qu’à la céramique, enchantait ; le doux murmure de l’eau, jaillissant des fontaines au centre des patios, berçait ; les couleurs vives de la céramique peinte ravissaient… Et tout ceci, toujours maintenant.

Le cœur d’Al-Andalus bat toujours, dans la Torre de la Calahorra, de l’autre côté du pont romain la reliant à la belle Cordoue, dans les ruelles des pueblos blancos de la province de Cadiz, sur les routes vertes de la Serra da Arrábida au sud de Lisbonne, entre les arcs en forme de fer à cheval de la Mosquée – Cathédrale de Cordoue, entre les murs recouverts de céramiques et les plafonds représentant les cieux de l’Alhambra de Grenade, le long des murailles qui parcourent certains villages de la région de Valence, au creux du stuc taillé avec un raffinement infini du Patio de los leones …

N’attendez plus pour faire un voyage dans le temps, quand le monde entier se donnait rendez-vous à Cordoue.

Pour Marie, mi querida compañera andaluza

Orient. Lorsque l’on pense à l’Orient, certaines images nous parviennent instantanément : les couleurs, chaudes, les saveurs, épicées, les motifs, fins, courbés, élégants et si différents, des notes de musique, issues d’instruments que l’on ne sait nommer, des langues, aux sonorités fascinantes, des pas de danse, aux mouvements envoûtants, des atmosphères, des ambiances, des parfums, de…

voyage
http://www.yap-magazine.com/category/voyage/article/voyage-al-andalus